Articles Nouvelle République,  Divers

Le château de Vendôme va être restauré


Parmi les sujets débattus jeudi lors du conseil municipal, le marché de maîtrise d’œuvre pour la conservation et la restauration du château.


 
Alors que les élus de la majorité étaient satisfaits de présenter un programme complet de quelque 2,21 M€ HT pour lancer un chantier de conservation et restauration au château, l’interrogation de Christophe Chapuis, élu de l’opposition, est mal passée. « On aimerait en savoir plus sur le projet global que vous envisagez pour tout le quartierEst-ce là une rustine ou une étape d’un projet plus global. »
Le maire Laurent Brillard, piqué au vif, faisait remarquer le coût de la « rustine ». Christian Loiseau, en charge du dossier, soulignait l’état catastrophique du site dont « naturellement la tour de Poitiers qui a un besoin urgent d’une intervention pour éviter la chute. »

Travaux d’urgence de mise en sécurité
Le maire insistait. « Un tel effort n’a jamais été consenti. Il faut des travaux de sécurité en toute urgence avant d’être dans l’obligation de fermer le parc ce que nous voulons éviter à tout prix. »
Jean-Paul Tapia, élu de l’opposition, faisait préciser au maire que le maintien de l’ouverture du parc sera assurée, y compris pendant les travaux qui seront phasés pour n’interdire que ponctuellement l’accès à certaines parties du jardin pour des raisons de sécurité.
C’est à l’été 2022 que le chantier sera lancé, bénéficiant de financement du plan de relance gouvernemental.
Suite à l’étude d’évaluation préalable à la conservation et restauration conduite en 2019, le chantier s’ouvrira par des échafaudages et l’étaiement et restauration de la tour de Poitiers, puis échafaudage et restauration du Châtelet, puis restauration des murs du front nord et des tours sud, puis la réhabilitation des lieux d’accueil du public. Le dossier était accepté à l’unanimité.

Patrimoine encore
Unanimité aussi pour une participation financière de 20.000 € à l’association Maison du Bon-Secours, maison de retraite, qui construit actuellement un béguinage près de sa chapelle. Quatre maisons où sera mise en place la mixité générationnelle des occupants. Un projet qualifié d’ambitieux qui était salué par Patrick Callu et Florent Grospart alors que Jean-Paul Tapia et Laurent Brillard confiaient qu’ils espéraient que « ce projet fasse des émules. »
Enfin, une convention pour la réalisation de travaux de prévention et de protection du coteau rue de la Grève passée avec trois propriétaires a été acceptée dans le cadre du plan de prévention des risques de mouvements de terrain. La commune sera maître d’ouvrage pour coordonner le chantier et le cofinancer. La subvention Fonds Barnier a été accordée en janvier dernier à hauteur de 50 % du montant HT des travaux, les propriétaires participant à hauteur de 30 % du montant HT.
 
0 0 votes
Évaluation de l'article

Vice-Président de l'association et Webmaster du site

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
J'adorerais connaître vos pensées, veuillez commenterx
()
x