Articles Nouvelle république,  Divers

Le quartier des Rottes renoue avec son histoire

Les Rottes, c’était ces fameux petits chemins entre les vignes. Parmi les photographies exposées au centre culturel, certaines montrent « ce temps-là », pas si lointain, à peine deux générations et des souvenirs encore bien vivants.« Je suis née à la ferme, rue des Maillettes. A l’époque, j’allais garder les vaches rue de la Fosse», se souvient Michèle, partie depuis pour raisons professionnelles et revenue en 2002 à Vendôme. Cette dernière scrute donc attentivement les photos de l’exposition « Mémoires de quartier », présentées depuis samedi au centre culturel. « Savoir si je reconnais des gens.»

La présentation officielle n’a lieu que ce mercredi, mais les « historiques » sont venus dès le départ voir « leur » quartier évolué. Les Rottes, c’est en fait quatre tranches successives de travaux, de la toute première, rue Clemenceau avec le centre commercial, à la dernière, les pavillons du quartier des Provinces. Une métamorphose gravée dans les esprits, mais peu imprimée sur la pellicule. « Nous avons lancé en avril un appel, en collaboration avec l’association Images et Sons, afin de recueillir des photos. Beaucoup sont venus raconter, mais les images sont rares : les photos montrent souvent des fêtes de famille, plus rarement des immeubles», explique Valérie Coiffard, du service du patrimoine de la ville.
Il a donc fallu travailler les archives, celles de la Ville d’abord et celles de l’association « Images et Sons ». « Nous avons retrouvé des photos, mais qui, souvent, n’étaient pas datées, ni même localisées. C’est en ça que le témoignage des habitants a pu nous aider : pour retrouver les immeubles, la date des événements.»
Au fil des semaines, c’est au cours des « Café discut’ » avec l’implication du service de cohésion sociale de la Ville que les témoignages ont été recueillis. « C’était impressionnant, parfois, une seule photo donnait lieu à 15 ou 20 minutes de souvenirs»,explique Metin Erdogan, l’un des deux médiateurs de la cohésion sociale.
Le moindre cliché réveille de nombreux souvenirs.« Dès qu’on quittait la maison de nos parents et qu’on demandait un logement, c’est aux Rottes qu’on allait», explique ainsi Michèle. Elle et son mari Bernard vivent depuis vingt-sept ans dans un pavillon de la rue Brossolette, mais elle est arrivée en 1977. Les photos font revivre ces immeubles à peine sortis de terre.« J’ai été à l’école Jules-Ferry, on est d’ici.» Un « ici » qui a désormais des dates, des lieux et des gens pour l’incarner : l’histoire s’écrit sur la façade de ces immeubles et pavillons.

Présentation officielle de l’exposition, mercredi 21 septembre, à 17 heures.

dates-clés

juin 1958. Pose de la première pierre du quartier. Il s’agissait d’un immeuble de 44 logements qui seront occupés dès juin 1959.
> 1959. Lancement de la deuxième phase du quartier avec un programme de 216 logements collectifs et 64 pavillons.
> 1960. Construction du centre commercial qui ouvrira en 1961, il comptait un Spar, une poissonnerie, une droguerie et déjà une pharmacie et un bureau de tabac. C’est aussi en 1960 qu’est lancée la troisième phase pour construire 300 appartements.
> 1961. Dernière phase des Rottes : 36 hectares vont être urbanisés.
> 1969. Date de la construction du centre culturel, les équipements sont venus quelques années après les logements.

Source: La nouvelle république

0 0 vote
Évaluation de l'article
Armel

Vice-Président de l'association et Webmaster du site

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires
0
J'adorerais connaître vos pensées, veuillez commenterx
()
x